Présentation du réseau

Historique

Le réseau de technologie des hautes pressions du CNRS (réseau HP) a été créé en 1996 à l’initiative de la direction de la stratégie et des programmes du CNRS par l’intermédiaire de la cellule ressources technologiques (M. Claverie, R. Briot, G. Charton) et de J.P. Petitet, directeur de recherches au laboratoire d’ingénierie des matériaux et des hautes pressions (LIMHP), qui a alors été chargé par Guy Aubert, directeur général du CNRS, de mettre en place et d’animer le réseau. Le principe du réseau était de regrouper une communauté d’expérimentateurs utilisant la technologie des hautes pressions pour leurs recherches. Ainsi définie, cette communauté était à l’évidence pluridisciplinaire, la technologie des hautes pressions étant utilisée dans de nombreux domaines, le plus souvent avec les mêmes types d’appareillages (e.g. synchrotron).

Les premiers objectifs ont été d’identifier la communauté et les moyens technologiques existants. Les « Rencontres d’Arcachon » (4-7 juillet 1996) ont permis de faire une synthèse des thèmes de recherche liés à la pression (physique, chimie organique et inorganique, biologie, océanographie, sciences des matériaux, science de la Terre et planétologie), puis d’identifier les personnels et les laboratoires, dans tous les secteurs scientifiques. Il est notamment apparu une très forte émergence de l’intérêt pour les hautes pressions et de leur utilisation dans les sciences de la vie et les sciences de l’univers, ce qui n’avait pas été mis en évidence auparavant, comme c’était le cas pour la physique, la chimie ou les sciences pour l’ingénieur au sens large. Dès lors, l’objectif principal du réseau a donc été de faciliter, au sein de la communauté d’expérimentateurs, les échanges et les développements technologiques concernant les outils des hautes pressions. Ce réseau interdisciplinaire s’adressait aussi bien aux concepteurs qu’aux utilisateurs de dispositifs et de matériels hautes pressions de tous les secteurs de la recherche publique, ainsi qu’aux numériciens étudiant les effets de la pression.

Dès la mise en place du réseau, une liste de diffusion a été créée à l’université de Clermont-Ferrand (hpf-l@opgc.univ-bpclermont.fr). Cette liste est toujours utilisée aujourd’hui. Tous les personnels du CNRS, mais aussi des autres organismes de recherche publique, peuvent s’y inscrire facilement. Elle permet des échanges rapides entre les abonnés, et la diffusion d’informations concernant la vie du réseau (appels d’offre, postes à pourvoir, conférences et ateliers, à l’échelle nationale mais aussi internationale). Un événement marquant, initié par le réseau HP a été le 1er forum de technologie des hautes pressions qui s’est tenu à La Londe-les-Maures du 20 au 23 mai 1997. Ce Forum a traité des appareillages haute pression présents sur le territoire français. Il a réuni 120 participants et quelques industriels concepteurs et utilisateurs qui ont participé aux débats et exposé leurs réalisations. A la suite du succès obtenu par cette manifestation, le groupe de coordination du réseau a souhaité que ce type d’action soit renouvelé tous les deux ans. Ces forums sont aujourd’hui des lieux et moments d’échanges essentiels à la vie du Réseau et, en octobre 2020, s’est tenu avec toujours le même succès (60 participants malgré les conditions sanitaires), le 12e forum au centre CNRS de l’Ile d’Oléron.

De 2002 à 2013, l’activité du réseau HP a été coordonnée par la mission des ressources et compétences technologiques (MRCT). Depuis 2013, elle est pilotée par la plateforme des réseaux de la mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires (MITI) au sein de la direction générale déléguée à la science (DGDS) du CNRS.

Objectifs du réseau

L’objet du réseau HP est la technologie des hautes pressions, de la conception à l’utilisation. Cela inclut la conception d’appareillages générateurs de pression, l’utilisation de ces dispositifs pour observer la matière et le vivant, mais aussi le développement de nouveaux concepts pour lever des verrous technologiques et ouvrir la voie à de nouvelles perspectives scientifiques, voire à de nouvelles applications industrielles.

Bien que les technologies hautes pression aient fortement évolué depuis la création du réseau en 1996, les objectifs demeurent les mêmes :

  • fédérer l’ensemble de la communauté française autour de la technologie des hautes pressions en facilitant les échanges interdisciplinaires,
  • initier, stimuler et soutenir le développement et l’innovation technologique, pour répondre à des problématiques scientifiques,
  • mutualiser les compétences, assurer le transfert et pérenniser les savoir-faire,
  • transmettre les besoins de la communauté auprès des instances représentatives du réseau.
A cette fin, le comité de pilotage se réunit 3-4 fois par an pour définir les orientations du réseau et mettre en place des actions.